Poème d’amour


 
 
 
 
Si tu étais là, au plus près de moi, tu t’approcherais de moi, lentement, doucement,
sans rien brusquer, sans rien forcer, sans rien précipiter.

On aurait tout le temps.

Le temps de nous chercher, le temps de nous trouver, le temps de nous désirer, de nous aimer enfin. 
Tu t’approcherais de moi et tu prendrais ma main, le cœur chaviré et le ventre brûlant de ton désir de moi.
Tu tournerais la tête et plongerais tes yeux dans les miens, jusqu’à y lire ma flamme, mon appel à poursuivre.
Si tu étais là, tu m’allongerais doucement et poserais mes mains au dessus de ma tête.
De tes lèvres, tu déposerais là, au creux de mon cou, ce tout premier baiser qui me fera frémir,
ce tout premier signal des plaisirs
De ta bouche offerte, tu couvrirais chaque parcelle de mon corps, t’aventurerais plus loin, toujours plus loin……..

Si tu étais là, tu prolongerais l’attente jusqu’à n’en plus pouvoir, jusqu’à ce que tu imploses, jusqu’à ce que j’en supplie.

Et, là, tu sourirais car je te supplierais d’y venir enfin.
Tu attendrais encore, jusqu’à  ce que j’en crie.
.
Si tu étais là, tu m’accompagnerais encore et encore, tu rirais avec moi pour mélanger nos larmes … 
Tu prendrais soin de moi jusqu’à ce que je décolle, jusqu’à ne faire plus qu’une, de nos deux âmes folles
 
 
 

About chipie33

Mère de 3 enfants, grand mère de 3 petits enfants adorables....
This entry was posted in Citations. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s